Masques

Histoire Brève du Masque en Chine

Comme un symbole de l’intérieur de l’homme, le Masque représente un phénomène culturel important en Chine comme à l’étranger. Grâce à sa connotation et à ses différents modèles artistiques originaux, le Masque continue à jouer un rote important au niveau psychologique, folklorique, culturel et artistique pour te peuple chinois.

Le Masque prend son origine dans le déguisement des chasseurs à l’époque paléolithique. Pour faciliter la chasse, on se déguisait en représentant le gibier pour mieux s’en approcher. Avec l’idée de l’Animisme, on croyait que le gibier avait aussi une âme qui restait immortelle malgré la mort corporelle et qu’il reconnaissait les tueurs pour se venger ensuite. On cachait donc son visage derrière le masque pour éviter d’être vu par le gibier. A cette époque, le masque s’est vu attribuer d’une force magique et il est devenu populaire parmi les chasseurs.

L’apparition du Masque dans l’ethnie des chasseurs n’est pas un phénomène occasionnel ou exceptionnel c’est en fait un phénomène culturel basé sur la chasse primitive qui s’est d’ailleurs beaucoup développé sous la poussée de fa religion primitive pour former un art originel du Masque. Dans l’antiquité, le Masque existait dans beaucoup d’ethnies en Chine. If avait une existence mystérieuse extraordinaire, du côté de représentation divine et il était également considéré comme le support du divin. Le Masque s’employait comme le moyen de rendre l’homme pareil à un spectre, il était donc indispensable dans tes rites religieux nécessitant la présence d’une divinité. Le Masque servait comme instrument de communication avec les dieux il était alors réservé au sacrifice. Le Masque représente, selon le cas, les dieux, les fantômes, les animaux et les hommes. Vers l’époque paléolithique, le Masque était doté d’abord de fonctions pratiques comme déguisement lors de la chasse. Vers l’époque néolithique, avec l’apparition des idées de dieu et de fantôme, le Masque devint populaire dans la société, il servait à flatter les dieux et les fantômes, Avec le développement de la société et la connaissance approfondie du monde, la fonction de flatterie des dieux et des fantômes s’atténua, alors que sa fonction de divertissement s’accentua, cela depuis les dynasties des Tang et des Song jusqu’à l’établissement de République Populaire de Chine. Depuis son apparition à la fin du 13ème siècle, le Masque tibétain a aujourd’hui une histoire de 600 à 700 ans, qui se répartit en plusieurs modèles et dans différentes régions. Le Masque tibétain est influencé par l’art de Nuo à différents niveaux. Le Masque tibétain est divisé normalement en deux catégories : Masque religieux et Masque folklorique. Les masques religieux occupent une place prépondérante, ils regroupent tous les masques concernant le sacrifice religieux ayant une signification Bouddhiste. Ces masques sont fabriqués selon les figures des différents bouddhas, ils sont donc nommés « dieux de protection de bouddhisme » ou « Dieux de gardien ». Les masques tibétains prennent leur origine dans la culture de magie primitive, qui présente également un transfert de croyance folklorique vers la culture religieuse.

Les masques folkloriques sont en moindre quantité par rapport aux masques religieux mais ils couvrent des domaines beaucoup plus vastes comme l’opéra du Tibet, la danse le chant, le sacrifice folklorique. Les masques folkloriques tibétains sont une cristallisation culturelle partant de la production et de la vie quotidienne. On pourrait aussi analyser la culture de Wunuo ainsi que les facteurs restreignant le développement du Masque de Nuo. Le contenu et la présentation de la culture de Wunuo sont un phénomène antique intégrant divers facteurs naturels, sociaux traditionnels et ethniques, c’est également un reflet de la psychologie sociale sur l’art. L’apparition et le développement de la culture de Nuo sont fortement restreints par l’environnement naturel, le niveau du développement de la production, la capacité de compréhension de l’homme, la culture traditionnelle, des facteurs géographiques, la culture ethnique et l’existence sociale.

La culture de Wunuo est un choix du peuple antique qui interprète la psychologie religieuse primitive au niveau culturel. C’est un produit de l’environnement social dont la productivité restait faible, la continuation de son existence dépend en revanche de la stagnation de la productivité sociale.

En analysant la culture de Nuo, on pourrait noter les points suivants : Premièrement, c’est l’imploration envers la nature. La plupart des dieux dans la culture de Nuo sont des incorporations des objets naturels. Les actions de flatterie, de vénération et de sacrifice sont en effet l’imploration de la nature. C’est un reflet de la contradiction entre l’homme et la nature, c’est également une action culturelle pour obtenir l’équilibre psychologique sous la pression de la nature alors que la productivité restait très faible, Deuxièmement, c’est une action de domination sur les forces dissidentes de la nature. L’imploration inutile envers les incorporations des dieux conduit l’homme à se battre avec les forces dissidentes de la nature. On interprétait ces forces comme des fantômes laids, méchants et bizarres. En Battant les fantômes, on voudrait chasser la maladie, la mort et toute autre existence encombrant la vie humaine, pour restreindre les mauvaises forces et réaliser l’équilibre psychologique.

Troisièmement, c’est un reflet des relations humaines. Par les activités de Nuo, on pouvait préconiser des principes moraux pour une Bonne éducation. Quatrièmement, dans les sociétés de classe, on a ajouté un contenu actuel comme l’éloge des sujets loyaux et la condamnation envers les duplicités pour maintenir les principes de la société féodale. L’apparition du Masque de Nuo a suivi les Besoins de la culture de ‘Wunuo. Les nécromanciens ont inventé le Masque de Nuo pour servir d’instrument de communication et pour déployer à plein les fonctions de la culture de Wunuo. Le masque de Nuo a contribué au développement de la culture de Wunuo d’un autre côté.


autofocus colonne 2

Switch to our mobile site